La République du Panama compte avec l’un des centres financiers les plus importants au monde,  qui dispose d’un registre reconnu de changements et qui, avec les efforts du secteur public et privé, a réussi à remplir les standards du plus haut degré de transparence, adoptant des instruments juridiques beaucoup plus stricts et rigoureux que d’autres centres de services de niveau international.

Le Gouvernement de la République du Panama regrette la disqualification de la part d’organisations internationales et de pays lesquels, dans le cadre de la conjoncture, ont méconnu les conventions actuelles d’échange d’information fiscale, ainsi que la mise en œuvre de normes en matière de transparence et de coopération fiscale.

Les autorités panaméennes font un appel aux organisations, aux nations et aux moyens de communication à approfondir le contenu des publications, avant de les diffuser au préjudice  du pays.

Panama est une nation sérieuse, un important acteur dans le monde globalisé et il n’est pas acceptable que le travail de tout un pays soit décrié devant la communauté internationale.

Actions réalisées

A partir de janvier 2016, au Panama, sont entrées en vigueur de nouvelles normes qui limitent l’utilisation de titres au porteur des sociétés panaméennes. Avec ces nouvelles normes, les sociétés qui ont émis des actions au porteur devront remettre les titres en dépôt aux agents autorisés et réglementés par des entités financières.

Par ailleurs, dans la mise en œuvre des engagements pris avec le GAFI, le Gouvernement du Panama a adopté la loi 23 de 2015 qui fixe les mesures pour renforcer notre système financier contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme, conformément à la feuille de route préparée par la Commission de Blanchiment de Capitaux afin de retirer notre pays de la liste grise du GAFI.

Finalement, dans le cadre de la mise en œuvre de la surveillance et de la lutte contre des activités illicites, 7 nouvelles lois ont été adoptées. Celles-ci comprennent de nouveaux délits et la réglementation de secteurs financiers non traditionnelles comme les cabinets d’avocats et les transactions immobilières afin d’augmenter la transparence et lutter contre l’utilisation inappropriée de notre centre financier.