A l’occasion de ce jour magnifique, je souhaite commencer par remercier Dieu, ma famille, mon épouse Lorena et mes enfants Giancarlo, Adrien et Stefan, ainsi que ce sain et noble peuple panaméen, qui m’a permis d’arriver à ce moment historique pour m’installer comme Président constitutionnel de la République du Panama.

Et je le fais ici, dans ce stade, où tous les panaméens unis, nous rêvons, rions et célébrons nos victoires et pleurons nos défaites.

Je remercie la présence à cet acte d’importants mandataires, de leaders de la région, des délégations, des étudiants et le peuple panaméen.

Aujourd’hui, nous célébrons la victoire de notre démocratie qui est la victoire du Panama.

A partir de ce moment, attaché aux lois et à la Constitution de notre pays, je me sépare de ma responsabilité politico-partisane et j’assume mon unique responsabilité :

« ÊTRE LE PRÉSIDENT DE TOUS LES PANAMÉENS ET SERVIR AVEC AMOUR, PASSION ET DÉVOUEMENT DURANT LES CINQ PROCHAINES ANNÉES »

L’unique devise avec laquelle nous gouvernerons sera celui du Panama pour tous les panaméens.

Je le ferai ainsi toujours, attaché aux enseignements de mes grands-parents, de mes parents, mes professeurs et les prêtres jésuites, qui m’ont appris depuis mon jeune âge à lutter pour la justice sociale fondée sur l’amour du prochain.

Celui qui vous parle est le petit-fils d’un modeste inspecteur sanitaire, d’une maîtresse de campagne et d’un paysan immigrant espagnol. D’eux, j’ai appris que le travail ardu et honnête est la clé pour atteindre le succès dans la vie.

En ce moment, je me souviens de mon grand-père Esequiel, qui lors de son dernier jour de travail à Chitre, comme inspecteur sanitaire, s’est séparé de ses camarades avec son casque et un crayon à l’oreille. Son casque était le sien mais non le crayon qui appartenait à la municipalité. Le jour suivant, à peine à la retraite, il est retourné à son bureau pour rendre le crayon qu’il avait emporté sans s’en rendre compte.

Aussi, je me souviens des lettres de mon grand-père José adressées à sa sœur depuis Pesé, où il lui disait qu’il ne pouvait pas vivre tranquille entouré de personnes à qui il manque quelque chose et qu’il travaillerait comme il l’a fait durant toute sa vie pour aider les autres.

Durant ma visite à l’Ecole Normale de Santiago, je me suis souvenu des mémoires de ma mère, lorsqu’elle a obtenu le diplôme de Maître. Elle demanda à Dieu que ce qu’elle souhaitait le plus était d’être une bonne maîtresse. Aujourd’hui, je lui demande d’intercéder auprès de lui pour qu’il m’aide à être un bon Président et que l’honnêteté et la simplicité de mon père m’accompagnent toujours.

Tous sont mon inspiration.

Avec cet héritage d’honnêteté et de justice sociale et avec l’amour que mes parents me donnent depuis le ciel, je travaillerai sans repos en faveur de ce peuple qui m’a donné l’opportunité de le servir.

Aujourd’hui, nous commençons une nouvelle ère de notre République et de ses institutions. Une ère de paix, de tolérance, de consensus, d’unité et de justice sociale avec un gouvernement qui mettra le peuple en premier de toutes ses décisions.

Nous redonnerons de la force et de la crédibilité à notre démocratie et à ses institutions. Je viens résoudre les problèmes et non les créer.

J’accepte la responsabilité historique de diriger ce pays conscient des grands défis que nous avons devant nous : maintenir la croissance économique avec équité, affronter la dette, augmenter les investissements, lutter pour la transparence et mener un processus de justice et de redressement patrimonial, avec respect pour l’Etat de Droit.

Ce ne sera pas une tâche facile. Les dommages causés à notre démocratie et à nos institutions sont graves. Néanmoins, je suis convaincu que nous trouverons la paix sociale dans la justice, la vérité et la responsabilisation.

Le processus de réparation de notre démocratie commence aujourd’hui et il deviendra une réalité en même temps que nous travaillerons pour réaliser l’agenda de notre gouvernement.

A partir d’aujourd’hui, personne dans ce pays ne sera au-dessus de la loi.

Nous agirons avec la force nécessaire pour faire respecter les lois. Nous avons suffisamment de lois, ce qui manque ce sont les hommes et les femmes qui les fassent respecter. Je viens y remédier.

En ce moment, je m’engage et j’engage tous les hommes et femmes qui m’accompagnent dans ma gestion à installer un gouvernement honnête, transparent, efficace, dont le seul but sera de servir le peuple améliorant les services publics et distribuant avec équité les richesses et le patrimoine que Dieu a donné à ce magnifique pays.

En présence des délégations de tous les pays de la région qui nous accompagnent, je désire dire clairement que la politique extérieure de notre gouvernement sera de dialogue, convergence, tolérance et médiation, à la recherche du bien-être de tous les peuples.

L’événement d’aujourd’hui est l’antichambre de ce que sera le Sommet des Amériques, où tous les mandataires de la région, vont converger dans ce bel isthme, à la recherche d’unité et d’intégration régionale.

Comme Président, je travaillerai sans repos pour que tous les panaméens soient des citoyens responsables du monde et pour que notre isthme soit un point de convergence et d’union, au service de notre peuple et de la communauté internationale avec notre Canal élargi, ports, aéroports et la Zone franche de Colon. Remplissant ainsi la responsabilité globale que nous donne notre position géographique.

Nous ferons partie d’une génération d’hommes et de femmes qui laisseront le souvenir d’une civilisation de paix, amour et solidarité.

Devant vous tous, je scelle mon engagement de dévotion et j’assume cette fonction avec l’unique propos de servir notre peuple, la région et le monde.

Durant les prochaines années, nous ferons d’œuvres importantes mais le legs le plus important que nous laisserons aux générations futures sera une démocratie fonctionnelle où toutes les ressources de l’Etat seront utilisées pour servir uniquement le peuple.

Ainsi, celui qui viendra servir la vie publique comprendra que sa loyauté, il la doit à l’Etat, et que son unique mission est de servir ses citoyens. La corruption ne sera pas tolérée dans notre gouvernement.

Fondé sur ce compromis, à partir de maintenant nous commençons par le plus important : la transformation de la politique d’affaires et de clientélisme en une politique de service et de vision d’Etat.

Nous encouragerons l’investissement étranger et le développement du tourisme afin de générer plus d’emplois avec de meilleurs salaires.

Nous renforcerons la sécurité juridique et respecterons la diplomatie commerciale des pays qui promeuvent leurs entreprises, ceci, dans le respect strict des normes de transparence et d’honnêteté, en défense des intérêts de notre pays.

Au peuple panaméen : merci de votre confiance, je ne vous décevrai pas. Je travaillerai sans relâche pour apporter des jours meilleurs aux quartiers, villes et campagnes de mon pays.

A l’équipe de travail qui m’accompagne : le travail commence à partir d’aujourd’hui.

Cet après-midi je signerai le décret historique qui rétablit le contrôle des prix du panier alimentaire pour éviter la spéculation. Qu’il soit clairement entendu, je respecte le libre marché mais je suis allergique à la spéculation avec la nourriture du peuple.

Aujourd’hui, nous irons à Colon initier le projet de restauration de cette belle ville pour qu’elle redevienne le joyau des Caraïbes comme elle le fût dans le passé.

Demain, à San Miguelito, nous donnerons vie à la force du travail collectif qui aura un impact sur plus de 300 mille foyers en leur donnant une salubrité de base et des toits d’espérance à toutes ces familles.

Engagés à améliorer la qualité de vie, nous donnerons à notre ville un système métropolitain de transport public accessible et efficace, construisant les lignes 2 et 3 du métro et en incorporant le Métro Bus.

L’espérance reviendra dans les quartiers.

Avec notre Plan « Quartiers sécurisés » nous transformerons la ville de Colon et commencerons la transformation d’autres quartiers oubliés avec « Plus d’opportunités et Main ferme ».

Nous construirons de nouveaux centres et installations communautaires pour apporter le sport et la culture à notre jeunesse pour qu’elle puisse grandir de manière saine et vivre sainement.

Aux plus de 200 bandes qui opèrent dans le pays : nous les convoquons à une amnistie jusqu’au 1er août pour qu’elles rendent leurs armes, coupent leur lien avec le crime organisé et retrouvent une vie formelle.

Nous agirons de main ferme contre tous ceux qui insisteront dans la délinquance.

Dans les prochains mois, plus de mille maîtres panaméens vont être formés à la langue anglaise pour initier le projet d’éducation bilingue dans tous les collèges du pays. A la fois, nous débuterons la construction de collèges professionnels au niveau national.

La Bourse Universelle sera renforcée et l’allocation des 120 aux 70 bénéficiera aussi aux personnes âgées de 65 ans et nous impulserons un accord avec la Caisse de Sécurité Sociale pour donner une couverture médicale à tous les grands-parents de ce pays.

Nous sommes bénis d’avoir le Canal : un ouvrage au service de notre pays et du commerce mondiale. Comme Président, je m’assurerai que l’élargissement du Canal s’achève avec succès, protégeant les intérêts de l’État panaméen.

D’ici, j’envoie un message à tous les producteurs de Chiriqui et à tous les paysans : recommencez à semer ! Reprenez la production !

A la Présidence, il y a un homme où le sang paysan coule dans ses veines et il vous donnera le soutien requis, la stabilité des prix et du marché pour augmenter notre production d’aliments et garantir notre sécurité alimentaire.

Aux corporations de santé et d’éducation : je fais appel immédiatement au dialogue. L’unification des services de santé ne peut attendre. Les économies seront une moitié pour améliorer le service et l’autre moitié pour améliorer les revenus du personnel de santé.

A la corporation d’éducation : le dialogue pour une meilleure éducation et ses conditions de travail est un travail permanent.

Les portes de la Présidence sont ouvertes à tous les panaméens qui luttent et travaillent tous les jours pour le Panama.

Le respect et la tolérance sera le Nord avec tous les syndicats et corporations du pays.

Aux autorités de sécurité : aujourd’hui commence une nouvelle étape de maturité, respect et renforcement institutionnel. Protéger la vie de tous les citoyens est notre unique mission et à partir de ce moment, la politique partisane sort une fois pour toute de nos institutions de sécurité.  J’ai désigné des officiers de carrière pour les diriger. Avec eux et 15 mille hommes et femmes qui font partie de la force publique, nous travaillerons pour finir avec le crime organisé, le narco trafic et le blanchiment d’argent dans nos quartiers, dans notre pays et dans notre région et ainsi, protéger nos citoyens et l’intégrité de notre système financier et logistique.

Panaméennes et Panaméens : des jours meilleurs arrivent pour notre pays. Le conflit est derrière nous.

Toutes les autorités élues ont une responsabilité avec leurs communautés et notre gouvernement travaillera avec vous tous pour servir la population, peu importe le parti auquel vous appartenez.

En ce moment, je convoque tous les secteurs sociaux, professionnels et politiques au niveau national.

Aux 180 mille fonctionnaires publics :

Je réitère que je ne suis qu’un de plus parmi vous tous et je souhaiterais que nous travaillions ensemble pour transformer le Panama et faire des propositions de notre Plan de Gouvernement une réalité, avec une vocation de service et de vision d’Etat.

Merci d’être ici, les mandataires, les délégations, les étudiants et tout le peuple panaméen.

Merci à vous tous et aux agriculteurs, ouvriers, travailleurs, techniciens, infirmiers, éducateurs, médecins, entrepreneurs, panaméennes et panaméens qui au jour le jour  démarrent avec force et travail les moteurs de ce merveilleux pays.

Je fais un appel pour que nous laissions de côté une quelconque différence et nous trouvions dans le progrès et le bien-être de notre peuple, la paix sociale nécessaire pour avancer unis comme une Nation et ouvrir le pas à une nouvelle ère de paix, de prospérité et d’équité pour tous les panaméens et pour tous ceux qui ont fait de cette terre leur nouveau foyer.

Cette cause nous unit, travaillons ensemble pour un meilleur Panama.

Avec beaucoup d’humilité, j’assume la responsabilité et le compromis d’installer un gouvernement honnête et transparent qui, d’une part, respectera l’équilibre pour lequel le peuple panaméen a voté lors des élections et, d’autre part, investira les richesses de notre pays pour améliorer la qualité de vie de tous les panaméens sans distinction de classe.

Pour que le Panama soit un modèle de démocratie, nous chercherons toujours l’unité de notre peuple et de notre région, démontrant qu’un monde sans conflit est possible, où nos seuls ennemis sont la faim, les inégalités et les problèmes qui nous frappent.

Panaméennes et panaméens : ceci est notre moment, ceci est notre ère.

Enseignons au monde un nouveau visage de notre pays, où la fraternité et la justice sociale vivent ensemble avec une croissance économique à la recherche du développement humain équitable et la cohésion sociale de cette grande famille qu’est le Panama.

Merci de m’accompagner en ce jour historique. Nous allons tous nous mettre « au travail sans tarder » comme dit notre hymne national.

Panama, la région et le monde attendent le meilleur de nous et nous le lui donnerons.

« Le Peuple en premier » est notre credo, et à partir de maintenant, devient une action du gouvernement. Un gouvernement qui placera toujours le Panama en premier.

En ce moment, je demande à tous ici présents dans ce stade et à tous les panaméens de nos 9 provinces et 3 contrées, de dresser le drapeau du Panama, comme une seule équipe, un seul peuple et une seule Nation, pour qu’ensemble nous donnions une nouvelle victoire à notre pays.

Que Dieu vous bénisse et nous guide ces 5 prochaines années.

Je vous aime beaucoup !!! Vive le Panama ! Vive notre démocratie.

Traduction de courtoisie de l’Ambassade du Panama en France

Plus d’informations